Le conseil de David Kwiatkowski pour mieux intégrer l'enseignement de l'Ievse ci-dessous :

* Pour comprendre les enseignements Ievse, nous devons nous attacher au sens profond des mots et prendre le temps de comprendre au moins une phrase ou un ensemble de phrases de manière philosophique et personnelle, qui devrait nous permettre de découvrir une formidable intelligence intérieure.
 
C'est le langage de l'énergie qui par la précison des mots et de leur association, peut aller chercher en nous l'intelligence personnelle qui lui correspond !
 

page 1


Le 1er point du manifeste de l'Ievse pour la vie

     *** Sortir du monde des idées pour entrer dans la réalité de la vie.
(point n°2 du manifeste ici)

L'Ievse apporte l'espoir et offre le droit de sortir du monde des idées pour accéder à celui de la vie et au nouveau paradigme qu'elle propose.


"Une civilisation dont l'intelligence et la connaissance sur la vie et son fonctionnement n'est pas proportionnelle à son avancée technologique est prête à s'autodétruire et vice versa."                               David Kwiatkowski

 

Si nous sortions du monde des idées pour accéder à celui de la réalité de la vie, nous aurions non seulement connaissance des lois de la vie mais également nous l'aurions totalement acceptée comme une intelligence qui vient donner du sens à notre humanité et notre parcours.

Cela nous conférerait un état d'être pacifié, extrêmement logique, pragmatique et amoureux, qui désamorcerait des mensonges millénaires ainsi que des attitudes sources de souffrance et de dualité, de combats avec l'autre, avec la vie ou ce qui représente Dieu pour nous.

Nous aurions alors la certitude que la vie ne s'oppose jamais à notre vie propre mais qu'elle en est intelligente. Nous saurions que tout obéit en finalité à l'intelligence de l'énergie de la vie, que toutes choses, toutes destinées, toutes actions sont influencées par l'énergie et que celle-ci n'a pas de morale, qu'elle ne ment jamais, ne triche jamais et nous connaît bien mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Nous saurions que la première chose à faire est d'apprendre de son intelligence et du partenariat qu'elle propose à chaque être humain.

Au vu des éléments que nous avons en notre possession, plus précisément de ces nouvelles connaissances que l'Ievse nous permet d'acquérir, nous sommes persuadés que nous sommes prêts et que nous devons, pour vivre demain avec de l'espoir et du positivisme, changer de paradigme.
 

Mise en matière au 1er point du manifeste:

Changer de paradigme !

Changer de paradigme, c'est ouvrir son esprit à une nouvelle vision.

C'est l'ouverture d'esprit qui détermine la nature de nos paradigmes. Le paradigme dont nous parlons, c'est celui de la vision de la vie, de notre vie tant dans le quotidien qu'au sein de la société et que dans la nature même de l'esprit.

Pourquoi l'Ievse et pourquoi un nouveau paradigme ?

L'Ievse, c'est seulement les initiales d'une phrase c'est-à-dire : l'intelligence de l'énergie de la vie au service de l'être. Et pour bien comprendre cette phrase, il faut bien comprendre le sens de chaque mot.

Dire que l'énergie est intelligente, c'est déjà la rendre autonome, comme reliée à un but puisque l'intelligence n'est utile qu'à une stratégie de cheminement d'un point à un autre. Ne serait-ce que de l'imperfection à la perfection, ou du chaos à l'harmonie, de l'état de petit à grand. Bref, l'évolution !

L'énergie, c'est ce qui contient les informations, c'est-à-dire l'ordre qui provient de l'intelligence et cette intelligence est liée à la vie. C'est-à-dire les fondements de tout ce qui est, qui va évoluer et devenir, s'épanouir, s'harmoniser, mourir et renaître pour évoluer, expanser, renouveler. C'est un tout qui fait que nous sommes là et que nous avons un rôle à jouer puisqu'il y a intelligence.

Dans ces trois premiers mots, il y a déjà l'explication de la puissance de ce paradigme et mettre cette puissance au service de l'être, c'est donc de la rendre utile à l'épanouissement de l'être, de l'humain. Nous employons le mot « être » pour englober les différentes parties de notre être connues, inconnues ou mal connues.

Mais là où ce mot Ievse prend toute sa dimension, c'est dans les bases qui organisent ce nouveau paradigme. Car l'Ievse est un nouveau paradigme à lui tout seul. Le voici énoncé en 5 points :

  1. Tout est énergie.

  2. Toute énergie a une raison d'exister et interagit pour servir la vie.

  3. Toute énergie est intelligente de l'amour et de ses lois, détentrice d'un enseignement, d'un message.

  4. L'intelligence de l'énergie de la vie est le maître-enseignant et l'instructeur de toute conscience, quelle qu'en soit la forme.

  5. Là où la pensée va, l'énergie va. Notre esprit est co-créateur de l'intelligence de l'énergie de la vie.

 

Ouvrir son esprit au « tout est énergie »

Avons-nous suffisamment d'ouverture d'esprit pour envisager le fait que tout ne soit qu'énergie, c'est-à-dire composé de vibrations et de fréquences ?

 

 

Page 2 


 Comprendre la difficulté de l'ouverture d'esprit à l'Ievse

La difficulté dans cette ouverture d'esprit, et la plus grande peur, c'est de dématérialiser tout ce qui est matérialisé car ainsi dans cette vision, les objets, le corps physique, tout ce qui nous entoure perd de sa réalité et nous emmène dans une perception inconfortable car inhabituelle et nouvelle et donc inconnue.

L'inconfort vient aussi du fait philosophique, qui agit inconsciemment en nous, que si tout est énergie, rien n'existe vraiment. C'est un non-sens mais l'un ne contredit pas l'autre.

Pourtant, il s'agit là seulement d'une approche scientifique des choses, qui par ailleurs, est déjà prouvée. C'est bien l'énergie invisible, subtile, c'est-à-dire une information qui organise les molécules les atomes entre eux. Elle même qui est à l'origine de l'avant big bang et de l'univers... Ainsi, grâce à l'énergie subtile et invisible, le fer existe, la pierre existe, le bois...la pensée, bref tout ce qui identifiable et nommable, etc.

Le paradoxe de cette ouverture d'esprit quant à l'énergie, c'est que nous l'avons déjà prouvé mais l'entendre, l'admettre, l'accepter intérieurement et donc réfléchir en conséquence nous demande un effort tellement considérable que nous préférons le zapper et aussi parce qu'il soulève quelques peurs.

 

L'intelligence de l'énergie de la vie est derrière toute chose

Simplement dans cette ouverture d'esprit, nous ne pouvons plus réfléchir de la même manière car ceci suggère cela. Si c'est l'information qui fait la matière et donc l'énergie, c'est qu'il y a un « cerveau » à toutes choses, une sorte d'esprit-groupe. Ce qui en reviendrait donc à admettre l'idée que la vie est une énergie intelligente, qu'elle a un but et que derrière les apparences, la constitution de la matière, l'évolution de la nature et même de l'homme, il y a l'intelligence de l'énergie de la vie qui prédomine. Mais également que la vie existe au-delà de la matière...

Intelligence et autorité

Il y a donc une intelligence sur laquelle nous n'avons maîtrise et qui fait mine d'autorité, la seule liberté en ce cas, appartient donc à l'esprit. Et l'autorité, elle, est liée à l'amour car c'est bien cette énergie qui se trouve au-delà des idées. Nous avons oublié ou bien notre ignorance est suffisament forte, pour nous faire croire que l'amour n'est pas une énergie intelligente au sein de la vie.
Voyez comme la fin de cette phrase a un double sens et explique une chose presque trop simple et incroyable en même tant : L'amour est l'énergie intelligente de la vie et donc de son fonctionnement et donc de ses lois, etc...

En fait, ce n'est qu'en considérant l'amour comme une énergie que son intelligence peut être révélée.

Quand l'amour devient une idée (religion, croyance, relation amoureuse, morale, etc...) nous ôtons toute intelligence à cette énergie et c'est bien ce qui nous perd... Renforçant l'idée que l'amour est illogique, source de souffrance et bonheur, un tout ou rien, contraire à l'intelligence, et pourtant...
Tout dans notre esprit, nos idées nous en parle, sans cesse... Nous pensons peut-être que ne pas nommer l'amour nous permet d'échapper à son pouvoir de conscience ou d'émotions...
Quoi que nous fassions, manger, sourire, travailler, etc..., tout cela cache l'amour ou l'envie d'aimer...en nous... C'est bien le plus grand paradoxe et cachoterie de l'esprit humain dans sa conscience de l'amour.  Et c'est bien pour cela que l'amour nous domine tellement en nous rendant faible, nous n'avons pas compris qu'il était le garde fou bienveillant de l'énergie de la vie. Si nous l'avions intégré nous serions fort de lui, intelligent et fier d'aimer intensément.

Quitter le monde des idées

Là où la peur se renforce, dans cette ouverture d'esprit, c'est derrière l'abandon des religions, des croyances, de toutes ces idées si chère à notre cœur... Et pourtant, l'intelligence de l'énergie nous révèle que l'amour est une énergie fondamentale au sein de tout ce qui existe, comme un Dieu si vous préférez, une loi maîtresse. C'est ainsi que l'énergie de la vie et ses lois sont comme sécurisées derrière cette intelligence qu'est l'amour.

Ouvrir donc son esprit à l'intelligence de l'énergie de la vie, c'est forcément s'ouvrir à une réalité où le monde des idées n'a plus sa place et où l'amour devient le nouvel horizon qui emplit notre regard.

 

Le combat des idées

Nous avons tellement ancré, au fil des millénaires qui viennent de passer, des idées sur les idées et les idées des autres et de nos ancêtres... que cela est devenu un bon moyen pour se justifier de notre ignorance et même de compenser un sentiment inconscient d'injustice contre la vie. Notre ignorance nous ayant laissé un goût amer, une aigreur, nous rappelant que nous ne savons rien, que nous ne nous souvenons de rien, avec l'intuition, le pressentiment insoutenable que tout est pourtant à l'intérieur de nous. Cela justifiant d'ailleurs que les idées d'une personne soient meilleures que les idées d'une autre, car nous avons intuitivement la vérité et l'autre ne l'a pas, bref, encore et toujours le combat des idées.

 

Se remettre en question

Vous l'avez compris, l'Ievse nous permet donc de sortir d'un monde où le mensonge règne en maître et est devenu le moyen de tous pour se consoler de l'ignorance.

Nous ne pouvons pas passer à côté de ces notions d'ouverture d'esprit et de blocage lié à notre passé car elles sont les seuls barrages à notre compréhension de ce nouveau paradigme que l'Ievse offre.

Il y a forcément une remise en question, qui ne regarde que nous, à effectuer. C'est un travail qui nous oblige à nous placer en face de nous-mêmes et de nos habitudes, inconscientes certes.

L'enseignement ievse pour Changer de paradigme dans la pratique est à suivre ci-dessous !

 

 

Page 3
Changer de paradigme avec l'Ievse, dans la pratique

Tout nous pousse à croire que la vie sur terre nous a laissés à nous-mêmes ou laissés pour compte. Nous nous sommes donc mis à penser que seules les circonstances de notre naissance déterminaient si oui ou non la vie ne nous avait pas oubliés.

Dans cette impression d'être laissés pour compte, il est difficile de s'empêcher de croire que ce sont les apparences matérielles qui déterminent cette proximité avec la vie.

C'est ce qui nous fait rentrer dans le monde des idées. Ce sont les apparences, c’est à dire tout ce que notre esprit a fini par « matérialiser » dans ce qu'il croit comprendre, percevoir de sa vie, de la vie qui l'entoure.

Il nous faut comprendre ce mécanisme naturel de tout esprit depuis la naissance pour défaire ce monde d'idées. Car si nous ne défaisons pas, nous risquerions alors de créer d'autres idées par-dessus les idées.

Comprenons que mêmes si les idées ont l'air libératrices, nous donnent l'impression de sortir du monde des idées, cela reste une idée, une matérialisation intérieure d'une pensée sur ce qu'il faudrait. Ne croyez pas que nous sommes en train de philosopher. Nous sommes en réalité en train d'expliquer un mécanisme qui nous perd et qui nous a perdu tout au long des millénaires qui viennent de passer.

Comprendre cela, c'est déjà un début, un pas énorme. C'est une connaissance préalable qui nous permet de rendre conscient un mécanisme inconscient.

C'est d'ailleurs ce que fait l'Ievse en révélant la connaissance, il n'a de cesse de rendre conscient ce qui est inconscient, de créer des ponts, des liens entre cet état de « laissé pour compte » vers cet état de « connaissant ». Commencez à comprendre que dans cet état de connaissant, vous êtes dans l'obligation d'honorer, de vous plier avec amour et plaisir à la vie telle qu'elle est. C'est bien de cet état qu'une grande paix intérieure peut ressortir, encore faut-il connaître la réalité de cette vie.

 

Les idées sont donc une matérialisation de ce que l'on pense être personnellement dans la vie ou de ce qu'est la vie. C'est parfois l'ajout d'une multitude d'idées en nous qui finit par donner une forme, une identité en nous à la vie. Ce que j'explique est donc un comportement bien plus psychologique que philosophique.

 

Identifier les idées et démonter les idées :

 

Nous sommes en train d'expliquer les bases psychologiques de tout être, souvent déterminées dans les grands traits dans l'enfance, plus exactement dans les 7 premières années. Il y a comme des cycles qui s'organisent de la date anniversaire de notre naissance à la prochaine et ainsi de suite. Ces cycles sont des influences qui orientent notre esprit inexorablement dans une direction. Cela est inconscient, invisible et pourtant très concret, cohérent et prouvable. Encore une fois, quand nous parlons de preuves, nous sommes en dehors du monde des idées. Ainsi une preuve est une constatation qui trouve sa place parfaite dans la réalité intérieure.

Ceci est un autre point très important de cet enseignement. Quand nous parlons d'esprit, nous parlons de notre intérieur. Les idées correspondent donc à notre monde intérieur, les pensées, l'inconscient, le conscient et bien entendu l'ouverture d'esprit. Tout vient de notre esprit et donc de l'intérieur de nous-mêmes. Les idées comme la réalité. Voilà un point difficile à admettre, à accepter car nous avons appris à fonctionner autrement depuis la naissance. Nous nous fions à l'extérieur de nous, à la matière, aux apparences, au monde des idées.

Une preuve est donc l'explication parfaite découlant de la connaissance de la réalité, elle se vérifie car notre esprit ne peut plus contrecarrer par la logique cette explication.
Ex.: l'eau coule toujours vers le bas, c'est la loi de la pesanteur...
Réponse de celui qui veut contrecarrer par les idées: avec de la pression et un système de vase communiquant, on peut la faire remonter!
L'idée a raison mais ne peut démentir la réalité énoncée qui elle même permettra de réaliser son idée pratiquement.  Son système fonctionne car la loi de la pesanteur existe, il ne pourrait faire fonctionner son idée sans elle. Son raisonnement est un non-sens, donc illogique !

Démonter une idée, ce n'est pas pour autant changer, sortir du monde des idées complètement, c'est simplement retrouver un peu de pouvoir sur notre monde intérieur car au vu de ces informations sur les idées, leur fonctionnement, leur création en nous, nous pouvons comprendre qu'elles ont fini par nous dominer. Nous en sommes devenus les esclaves. Ainsi dominés par nos propres idées personnelles, erronées, s'appuyant sur l'ignorance, un vécu, une perception, nous perdons petit à petit notre bon sens, notre capacité d'ouverture d'esprit.

Ce qui est très intéressant à comprendre également et cela est très psychologique, c'est que ce monde d'idées personnelles, inconscient, dont nous sommes les esclaves, nous en sommes fiers, orgueilleux. Nous ne sommes pas prêts à le « lâcher » comme cela. Au-delà du confort qu'il nous a apporté intérieurement, une référence, il nous donne raison et nous empêche d'avoir l'humilité nécessaire pour mourir à ce monde-là et naître de nouveau.

 

Les notions phares de base des idées (premier niveau sur 7) :

 

Dans le premier niveau du monde des idées, nous trouvons l'idée inconsciente que la vie est notre ennemie.

Même si ce n'est pas tout à fait ce que nous pensons consciemment, c'est tout de même une influence en nous, dans notre esprit qui prédomine lorsque nous n'avons pas la connaissance. Les croyances aussi belles et pures qu'elles soient ne suffisent pas à laver cette influence dans notre esprit. Elles ne suffisent pas car elles sont des croyances, encore une fois les croyances ne sont que des idées. Peu importe qu'elles ne s'appuient que sur une réalité, une vérité, une idée est une idée pour l'esprit. Commençons à comprendre que ce qui différencie une idée de la réalité, c'est l'absence d'envie de défendre cette idée. Il n'y a que nous qui pouvons le savoir. Car une idée, c'est un peu comme une appartenance. Si une croyance semble vous appartenir, que vous vous sentez offusqué qu'on la dénigre, que le dénigrement soit réel ou pas, vous savez que ce n'est qu'une idée, ceci est une preuve. Une réalité ne vous appartient pas.

 

Ainsi avoir comme influence cette phrase : « la vie est mon ennemie » revient à se couper d'une forme de réalité en nous, plus exactement d'un amour.
Vous l'avez compris, c'est tout simplement l'amour de la vie qui s'atténue en nous. Les conséquences en fonction du degré de désamour de la vie sont plus ou moins puissantes dans notre psychisme. Pourtant personne n'y échappe car cet amour est celui qui nous aide à avoir du courage, de la motivation, qui nous aide à accepter et à développer un sens initiatique des événements de la vie, de notre vie. Les voilà les idées en appartenance à cet amour phare, identifié dans l'intelligence énergétique de ce premier niveau.

Rappelons que l'Ievse permet d'expliquer l'intelligence énergétique de la vie qui circule en nous et de la mettre au service de l'être. Ainsi, le fonctionnement de l'énergie en nous au niveau de ce premier niveau, qui n'est en réalité qu'un passage d'énergie dans le corps(ce que l'on nomme chakra), en fonction de son côté harmonieux ou dysharmonieux, c'est-à-dire fonctionnel ou dysfonctionnel, nous explique le pouvoir de notre esprit et donc de son ouverture face à la vie.

Naissance des idées et des mensonges

C'est là que les idées commencent à naître, les mensonges. Si vous n'acceptez pas, par exemple, un événement, c'est un peu de votre vie que vous n'acceptez pas. L'amour est ralenti, l'énergie aussi au niveau de ce centre. Mais le plus important, c'est que nous avons écrit une idée, en nous, qui va désormais diriger, influencer toute notre psychologie par rapport à cet amour de la vie, ce qui le concerne et cela de manière négative. L'idée n'étant pas la réalité, la non-acceptation en fonction de qui nous sommes, va prendre une teinte spécifique. Pour continuer l'exemple, cette phrase/influence pourrait être : « la vie veut que je me sente mal dans l'amitié ou la fraternité que je peux vivre ». Ainsi comprenez que cette idée inconsciente va venir influencer de manière négative les expériences correspondantes. Vous, n'ayant pas compris le sens de cette expérience non-acceptée, bloquez votre esprit sur ce que vous pensez qu'il s'est produit. Il y a stagnation. Ainsi dès que vous êtes confrontés à un cas similaires, votre idée revient sur le tapis et vous empêche de vivre l'amour de la vie, c'est-à-dire de vous ouvrir au nouveau.

Vous constaterez que dans ces notions phares liées à l'amour de la vie, il y a la non-acceptation, la peur existentielle et les points de non-retour. À chacun de ces points, une loi énergétique se met en place et agit à l'intérieur de nous, principalement dans notre psychisme ce qui va déterminer notre psychologie, notre état d'esprit. La non-acceptation provoque une stagnation. La peur existentielle, une paralysie. Les points de non-retour, une nouvelle destinée.

Dans la stagnation, il y a principalement la démotivation, l'amenuisement de notre énergie, entraînant également des rancunes, de l'aigreur. On peut prendre l'image de quelque chose qui pourrit en nous, d'un poison qui grignote de plus en plus notre amour de la vie.

Dans la paralysie, nous bloquons les opportunités de changer, de vivre autrement et d'exister autrement.

Nous pouvons comparer ces notions de paralysie, de stagnation et de destinée à de la magie, plutôt noire. Mais nous sommes nous-mêmes le magicien, nous créons notre propre prison et nos propres sorts à l'encontre de notre vie. Comprenons que la paralysie et les autres notions sont aussi un moyen de ne plus souffrir parce que nous ne comprenons pas. Ainsi, nous en rendre compte ne doit pas provoquer chez nous une culpabilité ou des remords. Au contraire ! Les idées doivent faire place à la liberté, à l'ouverture et non pas à une autre idée, telle que la culpabilité, etc.

Quant à la destinée et la nouvelle destinée, nous touchons là à la loi de cause à effet. Une action, une conséquence. Les points de non-retour sont donc des décisions, affirmées et mises en application concrètement dans la vie par des actes, créant ainsi une nouvelle destinée. Pour donner un exemple simple, si vous commencez un combat à mains nues avec un champion de boxe tai, les conséquences en seront certainement douloureuses. Cette image/exemple exposé sur le ton de l'humour nous emmène tout de même à comprendre simplement la puissance des points de non-retour. Si vous avez trop énervé ce champion de boxe tai, il va vous courir après jusqu'à ce qu'il vous rattrape, il y a un point de non-retour. Nous pensons à tord pouvoir échapper à notre destinée et aux points de non-retour la plupart du temps. Cela en se fiant aux lois humaines qui suggèrent le « pas vu, pas pris » ou celles de la morale qui suggèrent « c'est bien d'avoir fait cela parce que j'avais cette idée et je l'ai respectée »... et ainsi de suite. Toutes les justifications ne tiennent pas face aux lois énergétiques. Prenons quelques exemples simples. Vous avez trahi l'amour de quelqu'un. Vous avez décidé de la vie de quelqu'un d'autre sans avoir son avis. Vous avez tué quelqu'un... etc. Le problème n'est donc pas lié à la justice humaine, ni à la bonne morale mais plutôt à ce qui fait l'autorité énergétique en vous. Ainsi tous ces actes résonnent comme si vous les aviez faits à vous-mêmes. L'énergie n'ayant pas de morale. Il est très intéressant par ailleurs de comprendre que beaucoup de religions se sont appuyées sur ces lois énergétiques en les faisant devenir des lois divines ou des commandements qui parlent plus de la forme que du fond mais sont pour la plupart néanmoins tout à fait cohérentes avec ce que nous explique l'Ievse.

 

Dans les 6 autres niveaux, nous retrouvons toutes les notions phares des idées possibles pour l'esprit mais également toute la base des souffrances psychologiques de l'être humain (celles-ci regroupées en 26 notions, telles que la culpabilité, les dépendances, les illusions, les croyances... Toutes font l'objet d'un enseignement utile pour démonter les idées en soi. Se renseigner auprès de Catherine Véricel 06 38 01 45 88 ou voir sur le site www.ievse-energy.com).

 

 

 

 

Page 4

Humilité, vérité et détracteurs :

L'humilité, cela ne s'invente pas. Nous pensons à tord qu'elle est la sanction qui découle de nos erreurs, de nos égarements, d'un mea culpa. En réalité, avec l'Ievse nous comprenons que l'humilité nous vient de l'ouverture d'esprit à notre vérité, et donc de cette compréhension que la vie est bien plus intelligente que nous et qu'il y a un sens à ce que nous vivons. C’est devenir intelligent de la vie en nous qui dévoile notre vérité et l’humilité n’est ni plus ni moins que « être à notre place » dans notre vérité. Cela nous rend plus intelligents si nous comprenons le sens de cette vérité, bien entendu.

Nous sommes dans cette pratique, cette compréhension, confronté à ceux qui savent, ceux qui savent qu’ils ne savent pas et se croient plus sages en brandissant cette formule à tour de bras….

Religieux et autre mouvement parallèle, organisation et ordre pensant détenir la vérité, rappelez-vous le monde des idées.

Et si jamais, ils vous entendent dire que la réalité est là, dans l’intelligence de l’énergie de la vie, ils pensent que cela vient de vous et crient au parjure ! Vous traitent d’orgueilleux... et même pire parfois… Sauf que la réalité de la vie en vous et autour de vous, cette réalité énergétique est au-delà d’une idée... Elle n’appartient à personne et change le monde et les formules de vérité et de sagesse adaptées à l’ancien monde.

Le moment présent et l’action de la compréhension, voire de la conscience :

Dans la pratique, nous devons donc comprendre dans le moment présent le mécanisme qui se met en route en nous, nous emprisonnant à une idée et qui nous empêche cette fameuse humilité, cette ouverture d'esprit. C'est pourquoi nous devons comprendre toutes les explications qui viennent d'être données et savoir les identifier en nous, en identifier certaines de ces idées fixes.

Lorsque par notre esprit, nous établissons une nouvelle connexion dans notre cerveau par la réflexion, constatation et donc par la connaissance, nous changeons un mécanisme habituel, une attitude. Cela est prouvé par de nombreuses études : un nouveau circuit est créé dans notre cerveau, une nouvelle connexion. Répétée et répétée, nous parvenons petit à petit à changer jusqu'à ce que l'ancienne connexion erronée soit complètement atrophiée et n'existe plus.

Imaginez un instant toutes les idées en vous qui vous posent obstacle, qui vous empêchent de vous ouvrir à une réalité, au-delà de la peur de l'inconnu, il y a donc cette ouverture d'esprit à la réalité qui va nous apporter cette paix intérieure, quelle que soit d'ailleurs cette réalité. Les choses sont ce qu'elles sont et sont bien plus merveilleuses que nos idées, bien plus intelligentes. Ce qui est, quel qu'en soit le sujet nous apporte étrangement et immanquablement un sentiment de paix. Et si vous avez bien intégré les explications qui viennent d'être données, alors vous comprendrez que cette paix découle simplement du fait de sortir du monde des idées, pour accéder à celui d'une vérité, d'une réalité.
Il n'y a plus de débat. Et ne plus avoir de débat en soi (car l'idée impose le débat perpétuel, infini), ne plus avoir de débat sur un sujet apporte une paix à l'esprit vraiment étonnante. Comme nous le disions dans la mise en matière, intuitivement nous savons, nous sommes la vie.

Ainsi donc dans cet aspect pratique, pour changer de paradigme, il y a ce travail répété et répété d'identification des idées, dans le moment présent.

Notez la notion du moment présent qui est importante parce que dans le moment présent, nous prenons l'esprit à contre-pied, nous avons l'effet de surprise.

Cet effet de surprise, c'est une clé parce que nous n'avons pas le temps de poser une idée dessus mais juste une conscience que nous avons bien une attitude problématique qui est en train de se mettre en mécanisme et dans cette constatation, il ne doit pas y avoir de jugement ou de volonté d'en sortir absolument, juste de constater dans un premier temps.

Et le deuxième temps est une action formidable qui apporte un grand sentiment de liberté et que nous allons expliquer ci-dessous.

Lorsque vous commencez à sortir du monde des idées, un grand sentiment de liberté se fait sentir. Dans celui-ci, il y a l'amour que vous portez intérieurement, pas l'amour pour une personne, mais l'amour qui vous rend heureux d'être vivant.  Nous parlons de cet amour qui est lié à ce tout est possible, à cette magie de la vie qui nous porte dans un endroit intérieur que nous pourrions appeler l'âme, où simplement l'amour réside. Notre identité d'amour. Il y a dans cet amour un monde tellement ouvert que le bonheur ou l'extase pourrait vous surprendre à tout instant. Ce monde existe, il est en nous mais pour y accéder, il faut prendre tous les éléments que nous avons abordés dans l'ordre. Et puis, il y a tout le barrage des idées humaines qui peut survenir, le passé, tout ce que vous pensiez avoir compris, tout ce dont vous pensiez vous être débarrassé... Lorsque vous êtes à la porte de ce monde d'amour intérieur, tout cela va commencer à vous retenir.

C'est la peur de devenir quelqu'un d'autre qui va appeler tous ces vieux démons du passé.

Tout est énergie. La pensée, qui est énergie appelle l'énergie correspondante, c'est une loi de similitude et d'attraction.

La peur est le moteur des croyances, des idées et même si dans ce monde des idées, la peur nous donne l'impression que nous pouvons nous en servir pour nous dépasser, pour se protéger, rappelons-nous que cela est une illusion.

Dans certains grands courants d'école de management actuel, certains expliquent que la peur est ce qui nous permet de ne pas mourir. Vous avez peur de la voiture qui arrive ainsi vous retenez votre pied et la voiture ne vous écrase pas. La peur est votre amie, elle vous a sauvé. Je trouve cette « idée » très intelligente, de se servir du négatif pour le tourner en positif et l'utiliser à des fins de motivation, de management, afin de se persuader de ce que l'on ne veut pas perdre... etc. Dans le monde de la réalité, la peur est un seuil, un couloir qui nous mène en réalité à la confiance. Seule la connaissance de la réalité et l'amour peuvent vous donner la force de traverser ce couloir, de passer le seuil. C'est une image mais c'est également un processus psychologique de notre esprit auquel nous ne pouvons échapper.

La liberté et l'amour, ce ne sont pas des idées. Ce sont des énergies tellement puissantes qu'elles ne peuvent que se ressentir, se vivre et que l'esprit seul a le pouvoir de laisser couler en soi. Nous essayons de vous expliquer que l'esprit a un pouvoir incommensurable. Nous le constatons dans la création de ce monde d'idées et son pouvoir est inversement aussi grand dans la liberté et sa capacité d'ouverture à l'amour. Il ne s'agit pas de spiritualité, il s'agit d'énergies. Il s'agit de la vie en soi.

Et la peur en nous va nous dire : « si tu n'as plus d'idées comment vas-tu vivre en ce monde ? Comment vas-tu faire pour réfléchir ?... ».

A suivre... La suite de cet enseignement pratique, trés prochainement !

Changer de paradigme avec l'Ievse, dans la pratique (suite)

Prendre l'esprit à contre-pied dans cet enseignement

Lisez ces phrases à voix haute, répétez-les au moins 3 fois : « je vis par mon esprit l'énergie de l'association alchimique entre la matière de mon corps et l'intelligence de mon âme. Mon esprit est énergie, mon esprit est un monde d'énergie. La réalité de mon esprit est un espace d'énergie où je vis. »

Cela change-t-il quelque chose à votre perception, votre vision des choses ? Si ce n'est pas le cas, alors vous n'avez pas compris, vous n'avez pas écouté, vous n'avez pas parlé, vous n'avez pas utilisé l'énergie de vie en vous. Vous n'avez pas utilisé l'intelligence de l'énergie de la vie en vous.

Si vous le faites, si vous réussissez à utiliser l'intelligence de l'énergie de la vie, alors vous êtes entrés dans un espace quasi méditatif où tel ou tel aspect de votre vie est représenté par un objet ou une pièce, comme les pièces d'une vaste maison, où chaque endroit est disponible, ouvert à un enseignement, où l'amour a son mot à dire.

Dans cette image intérieure, ce symbole parfait d'une réalité énergétique au sein de votre esprit, comprenez que tout peut vous mener dans un endroit secret. Ici, dans cet espace, même vos défauts, vos tourments, vos erreurs, vos travers, tout vous délivre un message sur ce que vous ne connaissez pas de vous-mêmes et sur ce que l'âme, votre âme souhaite vous enseigner.

Vous pensez qu'imaginer cela est une croyance, une méditation sophrologique ?! 
 

Dans tout ce fouillis, ce labyrinthe, cherchez votre amour, cherchez votre vérité. Dans quelle pièce se trouve-t-elle ? Chacune des pièces de ce labyrinthe vous explique où se trouve cette pièce ultime. Une fois découverte, est-ce une finalité ? Non. Seulement un début. Nous vous parlons de vous, nous parlons de la réalité de votre esprit. Cette réalité qui est cachée par toutes ces idées qui empêchent de vous trouver, de vous voir, de discerner la réalité.

Nous errons sans but au sein de ce labyrinthe, ouvrons les portes au hasard, sans rien trouver, rien comprendre de ce que nous découvrons, comme des fantômes, n'ayant pas conscience de où nous sommes et pourquoi nous sommes dans cet état.

Se servir de l'imaginaire comme d'un outil pour ressentir :

Imaginez, ouvrir cette porte, et là, au centre de la pièce, il y a ce « vous », beau, digne, souriant, grand, en paix, encore plus beau, plus amoureux, plus puissant que n'importe lequel des prophètes que le monde ait connu, c'est votre propre maître intérieur.

Pourquoi ?

Pourquoi ne cherchons-nous pas cette porte ? Pourquoi ne pas l'ouvrir ? Même si vous l'ouvriez aujourd'hui, sachez qu'il vous faudrait la rechercher demain et recommencer encore après demain. Car cette vérité ne change pas l'humain, elle le révèle simplement à sa vérité. Et la vérité est en perpétuel changement, évolution. Et ce n'est pas parce que vous ouvrez une fois la porte que vous parviendrez à l'ouvrir le lendemain. Il faut faudra vous rappeler d'une manière ou d'une autre que vous êtes au centre d'une formidable alchimie, qui ne s'intellectualise pas mais se découvre en fonction de ce que la vie souhaite pour vous aujourd'hui.

La voilà la question qui éclaire le chemin du jour vers cette pièce centrale, cette rencontre sacrée avec l'intelligence de l'énergie de la vie, qui appelle notre esprit à l'ouverture par l'amour et la connaissance

C'est l'éveil d'un sentiment profond de dévotion à soi, à la vie en soi et autour de soi.

Quand l'impossible devient possible

Posez-vous cette question. Cherchez la réponse en vous-mêmes. Qu'est-ce que la vie attend de moi ? Qu'est-ce qu'elle me propose aujourd'hui dans l'ouverture d'esprit, dans l'ouverture du cœur. À quelle dimension de mon cœur et de mon amour vais-je pouvoir m'ouvrir aujourd'hui ? La réponse est en vous. Cherchez-la. Une journée sans trouver cette réponse est une journée à errer. Ce n'est pas une idée qui vous donnera cette réponse. Mais bien le fait que vous vous soyez consacrés entièrement, intérieurement. Pourquoi cela serait-il impossible ? Nous sommes bien vivants en nous-mêmes, capables de raisonnements et l'esprit ne vit que par l'énergie, sans que nous nous en rendions compte, depuis que nous sommes nés.

Tout ce que notre esprit vit, analyse, d'un ressenti, d'un sentiment, d'une émotion, d'une compréhension, d'une conscience nous parle et nous prouve que notre esprit ne vit que par l'énergie. L'énergie est invisible. C'est de l'information. N'est-ce pas comme cela que vit l'esprit ? La réponse est évidente.

L'espoir, l'égalité pour tous

Il y a tout de même un moyen de se rapprocher tout près de cette pièce centrale chaque jour. Elle se trouve à mi-chemin entre votre ouverture d'esprit dans le moment présent et l'amour le plus élevé de votre vie, de votre cœur. L'amour, lui, à quelques petites nuances près, se ressemble souvent d'un jour à l'autre, même s'il évolue. Il reste une teinte de base qui change petit à petit chaque jour. Il est donc plus aisé à retrouver une fois qu'on l'a déterminé, vécu, ressenti. L'ouverture d'esprit, elle, est plus volatile, influencée par l'humeur, l'ordre du jour, c'est-à-dire les activités. Elle se détermine lorsque nous parvenons à nous poser la bonne question sur ce qui nous paraît le plus important aujourd'hui. Difficile sans entraînement et sans connaissances à déterminer car nous avons besoin d'une grande honnêteté et d'une faculté d'analyse psychologique (que la psychologie P.E.A.C.E. rend extrêmement facile d'ailleurs). Et cette réponse doit être différente de celle de la veille et avec des nuances et la spontanéité va déterminer l'exactitude. Spontanéité, honnêteté et inspiration. Cette dernière trop sous-estimée nous permet de nous rapprocher de ce que l'intelligence de l'énergie de la vie veut de nous maintenant. L'ordre du jour, est un ordre. Si nous arrivons à le percevoir comme tel et à en être honorés, nous avons l'énergie.

 

Nous vous proposons de terminer cet enseignement en venant apprendre à travers différents stages à démonter les idées(stage de pyshologie énergétiques à la carte). Et si vous vous sentez prêts à suivre un enseignement personnalisé sur comment trouver ce maître intérieur au jour le jour, cela grâce à des entretiens(ou stage) avec David Kwiatkowski. Renseignements auprès de Catherine Véricel au 06 38 01 45 88.

 

 

 

 

 
 



Créer un site
Créer un site